27/01/2021 Le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance visite Liebherr dans le cadre du plan de relance de l’industrie aéronautique

Le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, s’est rendu sur le site toulousain de Liebherr-Aerospace Toulouse SAS, ce vendredi 22 janvier 2021 lors d’une visite ministérielle en Région Occitanie consacrée au soutien apporté par l’Etat aux entreprises de la filière aéronautique dans le cadre du plan « France Relance ». La visite s’est conclue par une table ronde réunissant, autour du ministre, les acteurs et plusieurs entreprises régionales de la filière aéronautique également lauréates du plan de relance.

Rencontre entre M. Le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et un salarié de Liebherr-Aerospace Toulouse SAS - © Liebherr

Rencontre entre M. Le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et un salarié de Liebherr-Aerospace Toulouse SAS - © Liebherr

Rencontre entre M. Le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et un salarié de Liebherr-Aerospace Toulouse SAS - © Liebherr

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, a visité le site de Liebherr-Aerospace Toulouse SAS ce vendredi 22 janvier 2021 dans le cadre de son déplacement en région Occitanie consacré au plan de relance de la filière aéronautique. L’équipe de Liebherr-Aerospace lui a en particulier présenté les projets de recherche & technologie qui préparent « l’après-crise » et qui participent à la transformation du transport aérien. L’objectif partagé par l’ensemble de la filière aéronautique française est de développer l’avion décarboné. Après la visite sur le terrain, le ministre a réuni pour une « table-ronde » les acteurs régionaux de l’industrie aéronautique, dont plusieurs entreprises lauréates du plan de relance.

Liebherr-Aerospace Toulouse SAS a sollicité le soutien de l’Etat sur deux projets majeurs. Le premier, d’ores et déjà lauréat du plan « France Relance », porte sur le développement d’une nouvelle ligne de produits, jusqu’alors importés : des pompes liquides. Ce projet représente un investissement global de l’ordre de 5M€. Il sera cofinancé par l’Etat à hauteur de 2.4M€. Il permettra à l’entreprise de compléter sa gamme de produits autour de la gestion thermique à bord des aéronefs. Ce produit proposera aussi de nouvelles solutions aux marchés du spatial, des transports ferroviaire et routier ainsi que des marchés émergents autour de l’hydrogène et de la pile à combustible.

Ce projet implique deux partenaires, deux PME françaises ; les sociétés AKIRA et 2E WINDINGS, qui travailleront conjointement avec Liebherr. Au-delà de la conception l’entreprise a prévu de produire ces équipements sur une nouvelle ligne de production entièrement automatisée et connectée, dans les ateliers de son site toulousain. Le cycle de vie de ce nouveau produit sera, de la conception à la production, un cas d’application concret des processus et outils de la transformation digitale. Le projet s’étendra sur un peu plus de trois ans.

Le second projet, dont Bruno Le Maire a annoncé lors de sa visite qu’il serait également soutenu par le plan de relance, porte sur le développement des compresseurs à air grande vitesse, avec une technologie unique de paliers à air, pour la propulsion à base de piles à combustibles, pour le transport ferroviaire. Ce projet représente un investissement global de l’ordre de 4.9M€. Il sera cofinancé par l’Etat à hauteur de 1.25M€. Ce produit proposera une alternative « zéro émission de CO2 » pour une nouvelle génération de trains. Ce projet sera développé avec des partenaires français (2 PME partenaires 2E WINDINGS et Danielson Engineering) et une entreprise sous-traitante (Centum Adeneo). Liebherr-Aerospace propose ainsi des solutions innovantes issues de l’aéronautique et poursuit la diversification de ses activités vers le marché ferroviaire.

Témoignage de Francis Carla, directeur général de Liebherr-Aerospace & Transportation SAS et Chief Technology Officer (CTO) :

« Le plan de relance nous permet de résister à la crise, de préserver autant que possible les compétences et l’emploi, et, comme nos projets l’illustrent concrètement, de préparer « l’après-crise » ; d’accélérer notre progression sur notre feuille de route technologique pour des produits plus respectueux de l’environnement. Avec tous les industriels de l’aéronautique, nous relevons le défi de l’avion plus vert pour un transport aérien décarboné ».